10 conseils pour photographier les animaux en voyage

Par kallisteha
Comment photographier les animaux en voyage ? Techniques et réglages de prise de vue - Kallisteha, voyages et vérités - @the_kallisteha

Comment mieux photographier les animaux en voyage ?
Comment s'approcher des animaux sauvages en toute sécurité ?

Voilà les questions que je me suis posée lors de mon tout premier voyage; je voulais absolument photographier les animaux que j’allais rencontrer ! Je voulais connaitre les meilleurs réglages photo mais également adopter un comportement respectueux et responsable à l’égard de chacun d’eux. Je ne voulais en aucun cas les gêner et encore moins me faire attaquer (oui, en effet c’est mieux) !

Me voilà donc ici, après plusieurs années de voyages et d’excursions, à vous livrer mes ressentis et conseils pratiques sur la photographie animalière. Vous retrouverez dans ce guide technique, mes recommandations sur le comportement à avoir vis à vis des espèces ainsi que les réglages photo à utiliser. Pas de panique je ne rentrerai pas dans des détails poussés ! Que tu sois donc débutant, confirmé ou encore expert, ce guide est fait pour toi ! (Je ferais un article spécial par espèce si vous le souhaitez, n’hésitez pas à me le demander en commentaire)

Photographie animalière,
quel matériel choisir ?

Selon le poids, le type d'animaux, le type de photo et le budget.

Quel appareil photo acheter ?

Pour photographier les animaux je ne peux que vous conseiller d’investir dans un reflex ou un hybride à objectifs interchangeables (Reflex ou hybrides)
Pourquoi ? Car en photo animalière, il faut pouvoir étendre les possibilités, du grand angle au téléobjectif par exemple ! De plus, les reflex et hybrides seront réellement taillés pour la vitesse (photos rafales, auto focus puissant et réactif..). Bannissez donc les compacts même expert qui resteront limités (photos de loin, peu de capacité de zoom et de recadrage, bruit dans l’image etc.).

Le critère à prendre en compte ici est le poids : C’est un peu selon le gout de chacun, mais je privilégie maintenant les hybrides aux reflex qui sont, eux, plus lourds et plus encombrants.

Quelles ouvertures de focales
sont idéales ?

Maintenant que vous avez une idée du boitier que vous souhaitez, il faut définir l’ouverture à privilégier sur votre objectif ! L’ouverture est la quantité de lumière qui va entrer dans votre appareil photo. Cette quantité de lumière est représentée par la valeur « f/un chiffre » (exemple f/4 ou f/2,8). Pourquoi existe-il différentes valeurs ? Car chaque ouverture est propice à un type d’image en particulier ! Pour définir l’ouverture qui est la plus adaptée pour vous, il faut prendre en compte 4 critères : Le type de photo que vous allez faire, le type d’espèces que vous allez croiser, le poids maximum à porter et enfin le budget ! 

Les ouvertures sont dites « lumineuses » à partir de f/2,8.

  • Type de photo : Si vous partez en voyage dans une partie du monde ensoleillée et que vous comptez faire des photos en pleine journée, il ne sert peut-être à rien d’avoir un objectif ultra lumineux (un objectif à ouverture f/4 sera un bon compromis) ! En revanche si vous partez dans les forêts denses du Canada ou encore en Norvège ou les heures de soleil sont restreintes, ou que vous souhaitez prendre des photos au petit matin ou au crépuscule, préférez des optiques lumineuses (f/2,8 – f/1,8 – f/1,4 ou encore f/1,2 suivant votre budget !)
  • Quel type d’animaux comptez-vous croiser ? Les optiques lumineuses (f/1,8, f/1,4…) sont hyper réactives en mise au point. Elles seront donc idéales pour les sujets qui bougent ou qui courent sans arrêt (zèbres, félins, fauves…). Il est donc important de réfléchir et de connaitre la faune que vous allez rencontrer. Si vous savez que la majorité des animaux sauvages que vous allez croiser est plutôt lente (serpents, crocodiles, paresseux). préférez une ouverture de f/4 !
  • Le poids : Plus les ouvertures sont lumineuses plus l’objectif sera lourd (à cause de la multiplication du nombre de verres à l’intérieur). En voyage le poids est L’ELEMENT à prendre en compte avant tout le reste ! Les optiques qui ouvrent à f/4 seront bien moins lourdes que celles qui ouvrent à f/1,4 ou encore f/1,2 ! 
  • Le budget : Plus l’ouverture est grande et lumineuse plus les objectifs seront onéreux car de meilleure qualité ! A vous de trouver un équilibre en définissant le type de photo que vous allez faire et quel animal vous allez croiser !

Exemple : Vous partez en Australie, photographier les koalas et les kangourous et vous voyagez en sac à dos.

= L’Australie est un pays ensoleillé où les journées sont relativement longues. Il vous faudra un objectif léger puisque vous portez tout sur votre dos. De plus, les koalas et kangourous sont des animaux assez calmes, qui aiment se reposer. Vous n’avez clairement pas besoin d’une très grande ouverture sur votre objectif ! Penchez vous du côté des focales qui ouvrent à f/4 ou f/2,8 !

Quel objectif favoriser
pour photographier les animaux ?

Je recommande deux types d’objectifs : les focales fixes, lumineuses, précises et de qualité et les zooms qui resteront les plus polyvalents. Je ne choisirai pas l’un ou l’autre, ils sont, pour moi, totalement complémentaires pour la photographie animalière.

Les focales fixes : Mes chouchoutes pour la photo animale !

° Focale fixe grand angle : ils sont idéals pour la photo sous-marine par exemple ou pour représenter un animal dans une scène et ainsi montrer son échelle de grandeur. Les objectifs grand angle sont donc les 14mm, 20mm24mm, 28mm, voir 35mm et 40mm pour les appareils photo plein format (si vous êtes en capteur micro 4/3 ou Apsc, je vous joins un tableau de comparaison). Personnellement j’adore le 20, le 24 et le 35mm.

° Téléobjectifs : J’adore le 85mm, qui est pour moi idéal pour les animaux en ville (comme les singes en Asie ou encore les varans, qui ne sont pas très craintifs et qui restent à une distance assez faible de nous). Le 85 mm est vraiment un indispensable pour moi car il reste confortable en prise de vue (le sujet est localisable facilement et la distance perçue nous, permet de rester à une distance raisonnable) ! Attention, il ne sera pas suffisant pour les fauves, les ours, les crocodiles ou tout autre prédateur dont il faut se tenir loin ! Pour les animaux plus féroces ou en tout cas dangereux et dont on ne peut pas s’approcher, je recommande sans hésiter les 200mm, 300mm, 400 ou 500mm si votre budget le permet !

Les Zooms : Si vous deviez n’en choisir qu’un pour photographier les animaux, je dirais le 70-300 ! Il restera une des meilleures alternatives en voyage ! Il embarque à lui seul différentes distances (dont le 85 et 300 dont je parlais plus haut.) Je choisirai un 70-300mm f/4, qui sera non seulement moins onéreux que les f/2,8, mais également plus léger : l’argument n°1 en voyage !

Quels accessoires prévoir ?

Si le matériel photo est primordial, les accessoires photo le sont autant ! Ils permettront un meilleur confort, un meilleur camouflage et dans certains cas, seront propice à l’observation ou la détection d’animaux. 

  • Pour les vêtements : Cela dépendra du climat du pays ou vous allez; privilégiez toujours des vêtements de la couleur de l’environnement et de la nature dans laquelle vous êtes; ainsi que des vêtements couvrants, qui vous protégeront des piqures d’insectes et des éventuelles réactions aux plantes. Pensez également à prendre un coupe-vent / coupe-pluie et une polaire ! Car lorsque on attends de voir certains animaux, le corps se refroidit ! Pour les pays froids équipez vous de polaires et de chaufferettes, qui m’ont tenu chaud plus d’une fois !
  • Accessoires photo de base : En plus de l’appareil photo et des objectifs dont vous avez besoin, emportez : cartes mémoires (x2), batteries (x2), Sac photo pratique et léger, trépied léger et discret (mate), gaffer pour camoufler les reflets de votre matériel, une longue vue ou des jumelles pour repérer les distances, une protection de pluie pour votre boitier (primordiale s’il n’est pas tropicalisé). Et si photographier les animaux devient pour vous une véritable passion, il existe en plus des appareils à vision nocturne ou détection thermique.

Comment réussir
ses photos d'animaux ?

Niveau débutant, amateur ou expérimenté !

Bien se préparer
avant le départ

Photographier les animaux, oui, mais pas n’importe comment.  Pour partir à la rencontre de la faune sauvage il faut se renseigner un minimum sur elle ! C’est primordial non seulement pour votre sécurité, mais également pour avoir le maximum de chance de croiser les bêtes dont vous rêvez ! Je vous conseille d’étudier tout ce qui les caractérise : période de migration, saison de reproduction, habitat naturel, nourriture, comportement (dangereux, craintifs, prédateurs ?) et heures d’activités. Enfin, vous pourrez créer votre planning ainsi que votre itinéraire et adapter en fonction votre matériel et vos réglages photo.

Comment
observer les animaux ?

Donc, avant de savoir comment photographier les animaux, il faut savoir comment les observer ! Je vous rappelle ici, quelques règles simples : la majorité des animaux de cette planète ont des sens plus développés que les nôtres, comme l’ouïe, la vue ou encore l’odorat ! Attention donc aux mouvements, aux couleurs, aux odeurs et parfums que vous portez et enfin au bruit que vous pouvez faire, parfois même inconsciemment !

La vue :  Certaines espèces voient par contrastes, d’autres en une seule couleur mais ce qui est sur, c’est qu’un seul mouvement ou une couleur trop criarde de vos vêtements, vous démasquera. On reste un maximum immobile, camouflé ou à couvert dans un abris ! Sous l’eau, le moindre mouvement créé des vibrations que les animaux marins perçoivent ! On agit donc le plus souplement possible (genre on ne panique pas !).
Pour votre matériel photo : attention aux reflets provoqués par le boitier, la lentille de l’objectif ou même du trépied ! Placez-vous dos au soleil pour éviter la réverbération et équipez votre matériel de gaffer.

Les odeurs : Pour approcher les animaux sauvages au plus près sans se faire repérer, ne portez ni parfum, ni déodorant ou autre odeur de lessive ou d’assouplissant ! Couvrez-vous au maximum des odeurs des plantes environnantes ! Je ne mentionnerai que très rapidement les sauts dans les buissons que l’on faisait mon frère et moi (il y a 20 ans, chut) afin de ne pas faire aboyer les chiens du quartier quant on espionnait les voisins :D. Vous l’aurez compris : on se frotte aux plantes les plus odorantes (exemple en provence : le romarin, thym, lavande…) et surtout on se met contre le vent 😉

Les bruits : Un craquement, un rire, un éternuement, un scratch de vêtement ou n’importe quel autre bruit seront passer au crible et feront fuir vos sujets à quatres pattes ! On évite donc de parler, de marcher bruyamment, de se déplacer en voiture et on met son appareil photo en déclenchement silencieux !

Réglages de base
à faire sur son boitier

Les réglages de base pour capturer la faune sont assez simples à mettre en place, tant que l’appareil est stabilisé (trépied obligatoire pour les téléobjectifs !)

  • Raw ou Jpeg ? Si vous avez la possibilité de shooter en Raw et que vous avez un logiciel d’édition d’image, je vous recommande ce format ! Le jpeg pourrait trop compresser l’image finale et vous faire perdre des informations dans l’image (notamment des détails dans les couleurs). Si votre appareil ne le propose pas, shootez en JPEG extra fine ou fine.
  • Zone de mise au point : Favorisez le collimateur central
  • Mise au point : Sur les yeux ! Et ce, qu’elle soit manuelle ou automatique (AF).
  • Mode S ou M ? Privilégiez le mode S (priorité à la vitesse) si le mode tout manuel vous fait peur (M). Réglez la vitesse au chiffre de votre longueur focale si le sujet est plutôt immobile; cela permettra de figer vos micro tremblements mais également ses mouvements. Exemple : si votre objectif est un 200mm, réglez votre vitesse au minimum à 1/200. Augmentez la vitesse si l’animal marche ou court !
  • ISO : La lumière est primordiale en photo et surtout lorsque l’on a un télé-objectif ! Le mieux est de bloquer une valeur ISO maximum pour les mode ISO automatique. Trop monter les ISO augmentera, certes la lumière de votre photo, mais aussi le bruit : ce qui détériorera l’image. Chaque boitier à son nombre d’ISO idéal, je vous invite donc à taper le nom de votre boitier + iso + avis sur Google !

Comment
photographier les animaux ?

  • On photographie à hauteur de l’animal pour une immersion plus réelle !
  • On se fait remarquer le moins possible, comme expliqué dans le paragraphe ci-contre.
  • Prédateurs ? On se renseigne sur le moment où ils ont mangé…
  • On se cache au sol ou derrière un abris solide si ce sont des animaux dangereux.
  • Pour photographier les animaux, on reste loin (à une distance sécuritaire) et on se place contre le vent pour les odeurs.
  • On ne nourrie aucun animal (cela pourrait déclencher un affront).
  • S’il a des petits, on reste loin. Les animaux sauvages ont un instinct maternel ultra développé et défendront leurs enfants coûte que coûte.
  • On ne le provoque pas, ne le tyrannise pas et ne le persécute pas, sinon, gare au représailles.
  • Plus vous restez loin de l’animal, plus vous avez de chances de le voir se comporter naturellement dans son milieu. Plus vous vous rapprochez, plus il risque de s’éloigner ! On pense donc à lui et à son bien-être, avant tout.

Passez à l'action !

SOYEZ responsablE

Savoir-être

Photographier les animaux ne doit pas être synonyme d’harcèlement ! Même en vacance, on se doit d’être totalement conscient de soi, d’eux et de la situation. Il ne faut gêner en rien l’animal, car ne l’oublions pas, les animaux sauvages peuvent être dangereux s’ils se sentent menacés et c’est bien normal ! On garde donc ses distances, on ne pollue pas leur espace (déchets / parfums / bruits) et on ne les appâte pas avec de la nourriture. Bref on reste à sa place, dans un respect total de l’animal et de la nature.

On proscrit :

– Les balades à dos d’animaux (chameaux, éléphants)
– Les delphinariums et aquariums
– Les balades en calèche
– Les cirques avec animaux
– Les corridas, feria et tout autre tradition cruelle
– Les Safaris s’ils sont abusifs (tourisme de masse)

On aime :

– les excursions responsables (rando, snorkeling…)
– Les parcs naturels
– Le bénévolat ou visite de centre de réhabilitation
– Les randonnées avec un guide respectueux
– Les balades en voilier (Observation des baleines) si le bateau reste à distance.

Zoos & safaris

Je ne peux que vous les déconseiller ! D’abord, évidemment, pour l’exploitation animale et la maltraitance qui se passe dans ce genre d’endroits. Au-delà des blessures et tortures, la maltraitance peut aussi s’illustrer en retenant un animal dans un endroit trop restreint pour sa taille ou encore en le punissant, le privant de repas, s’il ne s’est pas comporté comme prévu. Comme ça a été le cas à Marineland…). 

Photo et esthétique : Lorsque vous photographiez les animaux en captivité, il y aura toujours une cage ou un bassin, qui ne rendront jamais aussi bien qu’une photo en pleine mer ou en pleine forêt ! Concernant les safaris, beaucoup de touristes considèrent qu’ils sont respectueux de l’animal puisqu’ils vivent en liberté ! Mais est-ce normal d’envahir toute la journée le territoire des bêtes avec des voitures, à tel point qu’ils ne fuient même plus devant l’humain ?!

Alors, où aller ? Privilégiez les réserves naturelles ou les centre de réhabilitation des espèces qui ont besoin d’argent pour les soins et la réintroduction. Evidemment le mieux du mieux, reste de les croiser dans leur environnement naturel, lors d’une balade avec un guide local, là où ils sont libres d’agir naturellement. Bref choisissez des opérateurs qui respectent les pratiques du Global Welfare Guidance for Animals in Tourism.

Avez-vous un animal en particulier que vous rêvez de photographier ?

Si oui, dites le moi en commentaire, j’en ferai un article détaillé ! 

Voilà mes petits rats, vous êtes parés pour vos prochains séjours touristiques ! J’espère que ce petit guide pratique aura pu apporter des conseils techniques en ce qui concerne la photo animalière mais également en savoir-être vis à vis des bêtes ! Je ne me veux en aucun moralisatrice mais je préfère expliquer les choses au cas où !

Commentaires & réactions

2 Commentaires

Alexis - Le Petit Explorateur 6 mars 2019 - 21 h 37 min

Tes photos sont juste magnifiques. Gros coup de coeur pour l’oeil du crocodile et celui de l’éléphant 🙂

Répondre
kallisteha 7 mars 2019 - 18 h 29 min

Merciiii beaucoup 🙂 J’adore aussi celle de l’éléphant. Bisous <3

Répondre