La vérité sur la Thaïlande

by kallisteha

Ndlr : Depuis, cet article, j’ai prit beaucoup de recul, cela fait plus de 9 mois que je suis rentrée et le gout amer à disparu. Les thaïlandais sont des personnes profondément simples et sans vices (méchanceté, vol…). Je n’étais pas préparée à ce que j’allais voir là bas et le constat à été, explosif. Le temps à passé et maintenant, je n’ai qu’une envie, c’est d’y retourner. Je ne souhaite en aucun cas, les blâmer, car la faute vient plutôt de nous tous. L’article dresse un constat spontané de ce que j’y ai vu et ressenti et vous invite à vous référer aux deux dernières parties pour mieux comprendre !

Il est 22h30, j’écris depuis Koh Tao. J’ai besoin de faire le point. Je vous avais promis que je rendrai compte d’un regard objectif et sans censure…

AVANT LE DEPART - ETAT D'ESPRIT

Présidentielles à la con, qui ne signifient plus rien pour une jeunesse française désabusée par tout. Je n’en pouvais plus de la France. C’était arrivé à un tel point que tout ce qui s’y rapportait m’angoissais. Période électorale, où chacun s’amuse à se tirer dans les pattes, remettant en jeu le sort des français. Présidentielles à la con, qui ne signifient plus rien pour une jeunesse française désabusée par tout. J’en pouvais plus de ces informations télévisées qui attendent l’heure du repas pour te déblatérer tout un tas d’insanités qui ne devraient pas êtres aussi supportables. La mentalité des gens en France, le terrorisme, le manque de travail… Et puis le manque d’espoir en l’avenir.

J’avais besoin de partir, j’étouffais. J’en pouvais plus d’entendre les conversations débiles de qui prend quoi au restaurant quand d’autres au bout du monde n’ont rien pour manger. J’étais bien présente dans ma vie mais soudain j’entendais le monde entier dans ma tête. Alors, je me suis organisée et je suis partie. La Thaïlande était l’étape 1 de ce road trip de 3 mois en Asie du sud. J’attendais une Thaïlande préservée; pauvre certes, mais authentique. Une terre magnifique, entre jungle sauvage et paradis marin. J’en attendais beaucoup surtout du fait que le bouddhisme est la principale « religion » dans ce pays et qu’elle prône le respect de toute vie sur terre…

ALORS DIRECTION BANGKOK

Un choc. Je n’aurai jamais cru y voir autant de gratte-ciels, autant d’écrans géants, autant de voitures. Autant de circulation. Autant de pollution. Autant de mauvaises odeurs ! S’en est irrespirable ! Le bruit est incessant et les différences si révoltantes. Là-bas les buildings de luxe poussent au milieu des bidons villes. Les centres commerciaux accueillent des marques de créateurs quand dehors la moitié de la population tente de survivre. Les marchands de nourriture poussent leurs lourds chariots à côté de business-men lookés et parfumés. Ici les chiens errants sont nombreux et les chattes enceintes se comptent par centaines. J’ai eu du mal à encaisser. Ici les thaïlandais aisés passent devant d’autres thaïlandais qui n’ont rien. Sans même les voir. Tout est corrompu. que matérialisme. Tout est différent de l’image que l’on nous vend.

Les différences
se croisent sur un même trottoir
et c'est triste à pleurer.

Nous dormions dans ce logement Airbnb, en haut d’un gratte-ciel, qui avait vu sur le quartier d’en-bas. Des centaines d’habitations, faites de toits de tôles alors que nous, nous avions la piscine sur le toit…

PUIS VERS LES TERRES SAUVAGES

De ma fenêtre dans le bus, j’ai pu admirer tous les bas côtés : trottoirs et forêts croulent sous les déchets : Sacs plastiques, bouteilles vides, canettes de sodas, emballages divers et variés, jonchent la route jusqu’au Golfe d’Andaman. Que Bangkok ait été sale et nauséabonde, passe encore, c’est une ville. Mais que le reste du pays le soit également c’est inacceptable.

C’est dans ce bus que j’ai pris conscience qu’ils ne respectaient rien. Alors, j’ai voulu prendre les avis de personnes que je connais et qui vouent une adoration pour ce pays. On m’a dit « mais c’est normal, ils n’ont pas de tri des déchets comme chez nous ». NON ! STOP ! Des endroits qui servent de décharge, ils en ont ! Ils ont même des poubelles de tri dans certains quartiers ! Mais ce n’est pas du tout ça le problème ! C’est que chaque parcelle de leur paysage est envahie par de la merde ! Ce n’est pas que le bas-coté des routes ! C’est leurs jardins ! Leurs plages ! leurs escaliers, leurs terrasses ! Ils vivent littéralement dans une décharge à ciel ouvert ! Si nous étions dans un pays complètement pauvre, ce serait peut-être logique (et encore ?). Mais comprenez bien : Dans un pays aussi développé, ce n’est pas normal de trouver de la pourriture à ce point partout. Des écrans géants en ville et des poubelles tout autour de chez eux ? Du Chanel, fendi, Mango, des hopitaux bourrés de nouvelles technologies et excellant dans la chirurgie esthétique ET de la merde et du plastique partout ailleurs ? C’est peu compréhensible. Que se passe t-il ?

Ma mère m’a dit « mais Marion nous on a mis des années avant de faire attention à la planète » Oui, mais nous on est des occidentaux ! Nous ce n’est pas notre religion qui nous le dicte. Pour nous ça a été un véritable apprentissage ces 20 dernières années de faire attention à notre environnement, mais eux, ils ne sont pas censés être plus à l’écoute ?

Pollution, exploitation,
plastiques
& tuyaux d'évacuation.

Et les animaux ?

Il fait minimum 30 degrés par jour. la chaleur est très lourde, l’air presque inexistant. Les hommes boivent et mangent tout à fait à leur soif et faim. Mais les animaux eux, qu’en est-il ? Combien de bouteilles j’ai du vider dans ma main pour faire boire des chiens ? Combien de fois ai-je cherché du regard un bol ou un récipient quelque part pour les animaux ? Combien en ai-je trouvé ? 

Oh et puis à la limite, qu’ils les négligent, passe encore ! Mais qu’ils leurs lèvent la main dessus… qu’ils les enferment dans des cages minuscules où ils n’ont même pas de quoi étendre leurs ailes, qu’ils les exploitent du matin au soir lors de balades éreintantes; qu’ils les enchaînent pour les réduire au seul rang d’objet…Ce n’est absolument pas cautionnable. TOUT CA POURQUOI ? Pour qu’ils servent à poser sur vos futures photos ridicules…

J’ai voulu qu’on aille dans une réserve qui s’occupent des animaux blessés et maltraités. Et en fait, les singes sont quand même en cage, les éléphants font quand même des promenades en « bête de foire »; ils ne sont pas montés, c’est sûr, mais ils sont malgré-tout utilisés. On peut les brosser, les nourir …mais au fond. Ils ne sont toujours que des objets, qui enchantent tous ces abrutis de touristes qui ne viennent là que dans le but, de faire leurs stupides photos tout en se donnant bonne conscience d’aller là où il faut. On ne nous à parlé à aucun moment des soins qui leurs sont prodigués, ni de comment ils sont remis en libertés. Et vous savez quoi ? je doute qu’ils le soient un jour. Il m’étonnerait fort que ce petit bout sur la photo, pourtant en pleine santé, puisse retourner à la vie sauvage un jour…

__________

Chaque soir, on s’endormait pleins d’espoirs et chaque matin c’était une claque supplémentaire à celle de la veille !
Un soir on a rejoint la plage. Tout un tas de chiens y étaient couchés. Ils cherchaient juste de la compagnie. Parfois, ils ont la chance de croiser des occidentaux qui ont au moins cette qualité, celle d’aimer les animaux. Alors parfois les mains se tendent vers un museau pour une furtive caresse. Pris d’affection pour nous, un gang de chien nous suivait partout. Jusqu’à ce qu’ils croisent le chemin d’un homme qu’ils n’auraient jamais dû croiser, ils se sont mis à aboyer vers lui, méfiants. Alors, un autre homme est sorti du restaurant, avec une allure bien trop décidée en direction des chiens, j’ai juste eu le temps de voir le mouvement d’un coup de pied et l’un des chiens est parti en hurlant. Ces chiens ne sont pas méchants, ni agressifs. Pourquoi s’en prendre à eux ?

L’un d’entre eux nous a suivi jusqu’à l’appartement. Nous lui avons donné à boire. Puis pendant qu’il se reposait avec nous, nous nous sommes renseignés qur les fondations animalières en Thaïlande. L’une d’elle était apparemment sur Koh Tao. ça m’a remis un peu de baume au coeur… Jusqu’à ce qu’on lise que des chiens sont régulièrement enlevés, direction la Chine et qu’avant de mourir dans les différentes boucheries dans lesquelles ils seront tués pour être mangé (s’ils ne finissent pas en appât pour requin…), ils meurent parfois en chemin, tant les conditions de détentions sont obscènes.

On m’a dit à plusieurs reprises, que j’avais vu tout ça car je n’étais pas allée aux bons endroits. Mais bons ou mauvais endroits, c’est quand même ça la Thaïlande non ? Alors il faut ignorer et tracer sa route à chaque fois ? 

Et les iles préservées ?

Nous nous sommes mis en route vers Koh Tao, chaudement recommandé puisque je suis fan d’apnée et du monde sous-marin. A quoi bon faire des milliers de kilomètres pour trouver une côte d’azur thaïlandaise ? Les bars, les centaines d’écoles de plongées et les boutiques de touristes jonchent les rues. Ici ? Français, australiens, birmans et thailandais se partagent le territoire. La journée ? Vous croiserez des filles en mini short avec les fesses à moitié dehors et des décolletés plongeants ! Leurs mecs sont quasi tous torses-nus. Quant au soir, c’est beuverie générale sous une musique électrisante… Je ne parle même pas du constat affligeant de voir des birmans avec des bières à la main en se trémoussant sur la musique. Et partout ces mêmes déchets, ces innombrables poubelles, qui servent carrément de remblai sur le sol…

Et les plages & fonds marins ?

Eh bien, les plages ne sont que des petites étendues de sable délimitées par des bungalows et des restaurants construits jusqu’au bord de l’eau. S’ils pouvaient construire jusque dans la mer ils le feraient ! Et le pire ? C’est que ça ne dérange absolument personne. Chacun enjambe les ruisseaux de fosse septique qui se déversent dans la mer pour aller installer sa serviette un peu plus loin. Chacun étale son monoï bien tranquillement au milieu des déchets que la mer a pu ramener. Chacun consomme son soda et laisse sa cannette vide, là. Je ne sais pas, l’odeur de merde, moi je la sent ! Les eaux usées, je les vois ! Les déchets sur toute la plage, aussi ! Pourquoi suis-je la seule à les ramasser ?! Je finirai sur une petite anecdote : On avait trouvé une petite plage, on s’apprêtait, donc, à s’y baigner, mais un thaïlandais est venu à notre rencontre muni d’un bloc-note. La mer à cet endroit là, était payante ! Oui, pas la portion de plage (moi qui trouvait déjà ça ridicule chez nous) Ici, t’as carrément pas la droit de te baigner dans l’eau si t’es pas de l’hôtel. S’en devient ridicule…

______

Les fonds marins, sont tellement fréquentés que l’eau en est trouble. Plongez ! Vous trouverez des conserves et du plastique à profusion; mais surtout du corail mort ressemblant à des millions de morceaux d’os. Sous l’eau tout est blanc. Les seules couleurs restent les petits poissons. Si vous êtes chanceux alors vous verrez peut-être une tortue de mer, qui viendra picorer au milieu de ce corail pollué. Je suis allée voir les écoles de plongée, censées êtres passionnées du monde sous-marin, pour leur demander pourquoi tout était si blanc sous l’eau; l’on m’a répondu à deux reprises : « ah oui, c’est normal, c’est le corail, il est entrain de mourir ! » Ahhhhh, d’accord. Si ce n’est que ça, ne faisons rien alors, c’est normal.

La Thaïlande, paradis de la plongée et des fonds marins ? J’espère que c’est une blague.

LA FAUTE A QUI ?

Téléphones portables en main, coca-cola en bouche;
Il semble que l’occidentalisation soit arrivée bien trop vite.

Ce soir, grosse coupure d’électricité dans les rues principales de l’ile. On s’arrête devant un resto et on se met à parler avec les gérants. Apparemment les thaïlandais ne sont plus du tout pauvres, bien au contraire. La Thaïlande n’est plus ce qu’elle était. Ici le tourisme a prit tellement d’ampleur que chacun arrive à vivre. Il n’y a plus aucun lieu préservé nulle part dans tout le pays. 

On à pu parler de tout avec eux et aborder tous les sujets : Les animaux et l’environnement surtout. En réalité il y a deux gros problèmes : Ici le bouddhisme n’est pas celui que l’on nous vend ! Ils se considèrent croyants mais la religion n’est plus une priorité. Le problème serait surtout l’éducation. Les thaïlandais âgés, pour lesquels les besoins ont changés (sur-consommation, nouvelles technologies, carrières et enrichissement), se foutent maintenant de tout et leurs enfants grandissent avec ça. 

ET LE PLASTIQUE DANS TOUT CA ?

Les feuilles de bananier qui contenaient auparavant leurs repas se sont tout à coup transformées en emballages plastiques. Emballages plastiques qui, une fois le repas avalé, finissent au sol comme étaient jetés les simples végétaux d’autrefois. Le problème c’est que le plastique, lui, il ne se décompose pas, il s’entasse.

Il y a donc, un énorme manque d’information, la modernisation est arrivée sur ces terres avec ses grands moyens, mais aucun mode d’emploi ne leur a été donné, aucune mise en garde sur les conséquences que ça implique ne leur a été dite. Ils ne savent rien de la richesse qu’ils ont sous leurs pieds et du poison qu’ils brassent entre leurs mains. Dorénavant, ici, tout reste à faire.

ETAT D'ESPRIT - SUR LE RETOUR

J’avais pour projet de partir trois mois. Visiter le Laos et le Cambodge en plus de la Thaïlande. Je vais écourter le voyage. Il va falloir faire une action impardonnable : Trouver le courage d’être lâche. Ne plus penser à tous ces animaux que je laisse ici, livrés à eux mêmes. Partir et ne pas se retourner. Je suis de ceux qui pourraient accueillir le monde entier dans leur jardin. Mais ça ne marche pas comme ça. On emmène pas un animal facilement hors d’un pays. Et si on le fait pour un, il faut le faire pour tous. Et je déteste en avoir conscience. 

Trouver des solutions ne devrait pas être aussi compliqué et aussi réglementé, quand la vie dans un pays est telle qu’elle est.

Je suis partie pour apprendre. Je voulais échanger avec les gens d’ici, je voulais trouver une manière d’être qu’on a oublié de par chez nous, un art de vivre et un rapport aux choses, plus simple. J’ai finalement appris que la consommation de masse se répand même de l’autre côté du globe et qu’elle nécrose toute bonté sur terre. J’ai appris que chaque touriste préfère ignorer pour profiter. J’ai appris que même au bout du monde, c’est déjà trop tard.

Je crois que le monde est devenu fou et dans sa course à la folie, il m’a oublié. Je ne suis malheureusement pas devenue folle autant que lui. Alors je vois tout, exactement comme c’est. Et je subis. On dit que l’empathie est une qualité, mais c’est un trait de mon caractère qui m’empêche bien trop souvent d’être heureuse.

Sur le même thème

21 comments

Julien septembre 23, 2018 - 6:04

Salut 🙂
Je fini mon séjour à Pattaya…on est allé sur une île mais bondé de touristes…finalement les gens les plus sympa et abordable sont les clochards en face de la maison…du moins ceux qui ne te sourient pas pour un billet (même si c’est certainement eux qui en auraient le plus besoin…)On m’a donné les mêmes conseils que toi mais le séjour touche à sa fin et le budget commence à s’amenuir…nous allons passer nos 3 derniers jours sur BKK avant le vol mais j’avoue qu’un vol ce soir m’aurait contenté…je fatigue de devoir sans cesse négocier les prix avec tout le monde, de me demander, à chaque fois que j’achète quelque chose, si je paie le prix normal…bref je suis sur la défensive à chaque fois…Ce voyage est pesant et je ne pense pas remettre les pieds en Asie un jour…Ce n’est pas pour tout le monde et je dois faire parti des gens avec qui ça ne colle pas…à chacun son truc…J’espère que le reste de ton séjour s’est super bien déroulé en tout cas…tu es rentré en France du coup?bise

Reply
Julien septembre 13, 2018 - 10:18

Bonjour,

Je pense que tout le monde a tendance à voir ce qu’il veut(peut…)et il en est de même pour les voyageurs…Je suis en THAÏLANDE depuis 15 jours et il me tarde la semaine prochaine de rentrer…Je ne vois pas ce qu’il y a à redire sur cet article dans la mesure où en le lisant j’avais l’impression de lire mon voyage…La THAILANDE devait être belle mais ce n’est plus le cas…Une véritable décharge à ciel ouvert,des thaïs qui vous la mette à l’envers à chaque fois que vous grimpez dans un taxi,des chiens qui crèvent de faim partout,des clochards partout dans les villes,et un sentiment d’insécurité permanent…Vivement le retour…Le pays pourri à petit feu sous les déchets…Tant pis pour les THAÏS (après tout si ça leur va de vivre dans la merde…) dommage pour notre terre,elle n’a rien demandé…

Ps:j’ai aimé lire cet article (peut être parce qu’il m’a conforté dans mon ressenti…),je l’ai trouvé construit, franc et objectif(on est loin de la carte postale de nos agences de voyage…^^)

Reply
kallisteha septembre 15, 2018 - 2:22

Je suis contente que tu ai pu te sentir compris. Tu n’es donc pas fou ! En revanche le seul regret que j’ai eu c’est de prendre mes jambes à mon cou et de partir vite sans persévérer. Mon conseil est donc, peut être de t’enfoncer encore plus dans les terres. Si tu as un guide touristique papier (le bouquin) regarde autour de toi les endroits les plus touristiques et n’y va surtout pas (j’ai fini par proceder comme ça. Barrer les endroits les plus « authentiques » de ces foutus livres. Mais en revanche dirige toi là où ton intuition te guide et échange avec ces gens. Ils aiment échanger et nous connaitre et ont besoin d’apprendre de notre vision à nous. Pas des groupes de touristes venus pour feter des fullmoon et se taper des prostituées.
Courage et tiens moi au jus si tu y a vu des choses plus authentiques avant ton départ ! Bises

Reply
1 2

Leave a Comment